21 09 12 (3).jpeg

ARCHIVES 2022

Mardi 30 août

Voici un endroit enchanteur situé dans la proche région et plus précisément à Piennes que je viens  juste de découvrir.
Cette ville autrefois minière comme pratiquement toutes les communes du bassin de Briey a connu des années difficiles.

Elle a su transformer ces difficultés en avantage.

Après la fermeture des mines, les galeries se sont effondrées. A certains endroits, des trous sont apparus et se sont remplis d'eau avec la remontée des nappes phréatiques. A Piennes, ils ont donné les étangs du Trébois.
Aujourd'hui, il y a ainsi plus de 3 ha consacrés à la nature.  Des pupitres pédagogiques jalonnent les parcours autour des trois étangs.
Des sentiers sur caillebottis ont été aménagés pour traverser des zones humides.
Des méridiennes permettent la rêverie ou la lecture dans un silence récupérateur.

L'association de  pêche, la Gaule Piennoise, fière de compter plus d'une centaine d'adhérents, entretient magnifiquement les lieux.
Nos amis outre-Quiévrain auraient encore amélioré l'endroit en transformant la voie ferrée en Ravel ou voie verte !

 

Dimanche 28 août

Ils viennent chaque année depuis 20 ans se recueillir devant le monument de l'Escadron Recce Para Cdo  situé dans la cour de la ferme de La Presle. Plusieurs dorment à Charency et je finis par bien les connaître. Je n'avais pourtant jamais assisté à cette commémoration.

Cette fois, je me suis décidée et j'ai enfourché le vélo pour grimper la route de Villers-le-Rond.

Christian , le propriètaire et le président de l'association est accueillant de même que son épouse Chantal qui gère toute la partie restauration.  Le cadre est magnifique et l'ambiance est bon enfant.
La partie officielle, quant à elle, ne manque pas de panache.

Il y a bien longtemps que La Marseillaise ne m'avait plus donné des frissons.
La Branbançonne ne m'a pas autant troublée mais la sonnerie aux morts entonnée en cet endroit finalement proche de Verdun oblige elle aussi à un profond recueillement.
Je ne me doutais pas que ces joyeux lurons,, quand ils sont à l'An 12,  pouvaient aussi être de fiers soldats.
Ils gardent le même dynamisme lorsque la partie festive débute. Elle se terminera aux petites heures. Ils seront au garde à vous dès 8h ce matin  pour le petit-déjeuner avant de regagner Liège et Namur. 

 

Samedi 27 août

Je vous apporte une nouvelle réconfortante, Jeanne-Marie s'est remise au volant. Bien sûr, son pied n'a pas fière allure mais celles et ceux qui la connaissent  savent qu'elle  s'étend rarement sur ses problèmes. Elle est arrivée hier soir en compagnie d'André pour secouer le mirabellier. Nous avions à peine terminé que le ciel subitement  s'est enflammé.
J'ai pris le vélo pensant faire de belles photos, je n'étais probablement pas au meilleur endroit. Tant pis, voilà enfin des photos vezinoises !

 

Jeudi 25 août

Je comptais prendre de l'avance en effaçant le texte d'hier sauf que j'ai laissé traîner une faute corrigée fort heureusement par Jean-Luc et Marie-Louise. Je les en remercie vivement.
La fête est terminée. Il reste bien des traces disséminées un peu partout dans le village. Je ne pouvais pas laisser Jeannot ramasser tous ces monticules de poubelles éventrées. J'ai enfilé la combinaison Bridgestone et les gants et aussi avec l'aide d'André, nous avons mis tout cela à l'abri jusqu'au prochain passage du camion. En attendant, le tri sélectif n'est pas encore dans la tête des consommateurs ...
Je n'ai pas de photos à l'appui, elles n'auraient pas non plus d'intérêt.

 

Mercredi 24 août

Je vous avais prévenus, il n'y a pas eu de mise à jour durant la fête foraine. En réalité, je n'ai pas vraiment avoué la raison.

J'ai accompagné mon fils et mon petit-fils à Charles de Gaulle et j'ai profité du déplacement pour me plonger dans Paris.
Je n'avais pas du tout envie de retrouver la maison vide aussi rapidement. Marie a fait le nécessaire durant ma courte absence.
Danièle, bonne marcheuse , m'a accompagnée avec plaisir. Nous étions logées dans le 15ème dans un joli petit hôtel familial.
Aussi, nous en avons profité pour visiter l'arrondissement de long en large.
Il nous reste pourtant encore bien des endroits que nous n'avons pas visités.
Nous avons profité de quelques brasseries typiquement parisiennes, à l'ambiance bon-enfant. Nous avons parcouru en deux jours ce que nous faisons habituellement sur un mois ! Il est temps de me remettre au travail. Isabelle est pratiquement autonome mais j'aimerais tout de même passer quelques moments à ses côtés.

 

Samedi 20 août

Je passe sous silence les résultats du tournoi de pétanque.
Yves et Solan ne sont pas des oiseaux de nuit, après 22 h. ils ne sont plus efficaces.

Thierry, quant à lui, ne sait pas arrêter et ils ont joué une partie de trop ... Marie et Christian se sont joints à la partie festive.
Magaly et Pascal du Doubs auraient pu participer au tournoi, des boules de pétanque sont constamment dans le coffre de la voiture.
Ils profitent  plutôt du déplacement pour retrouver la famille à Laix, à Gorcy et dans d'autres communes du canton.
Isabelle passe ses journées dans la maison familiale. Pas de nouvelles durant la fête foraine.

 

Vendredi 19 août

Bon anniversaire Thierry !

Mon gamin est né le jour de la fête patronale. La paroisse est sous la protection de sainte Hélène, fêtée le 18 août.
Les manèges se sont installés sur la place et dans la  rue de la poste.
Pas de rassemblement familial cette année. Thierry et Solan seront dans l'avion.
Je vais les accompagner et profiterai du déplacement pour rôder un peu dans les rues de la capitale. Danièle m'accompagne.
Ce soir , la coupe de pétanque est en jeu !

 

Jeudi 18 août

Thierry a retrouvé avec plaisir l'animateur du club informatique de Charency-Vezin. 

L'association dont je faisais partie avait mis en place des cours d'informatique grâce à Thierry K. il y a de cela plus de 30 ans.

Mes gamins étaient bien sûr assidus à ces cours comme de nombreux ados du village.  Grâce aussi à Thierry, nous avions édité durant quelques années un petit journal intitulé "Autour du clocher".
Le mirabellier est bien chargé. Nous commençons doucement à le secouer histoire de faire une bassine de confiture.
Je passe une grande partie de mon temps auprès de la famille. Fort heureusement, je reçois des habitués qui connaissent bien la maison, ils s''installent même en mon absence. C'est ainsi que Michaël a repris sa chambre habituelle, accompagné cette fois de son petit garçon. Nous nous sommes vus le lendemain matin ! Isabelle arrive de Pau . Elle revient régulièrement sur les terres de son grand-père.
Puis ce sera l'arrivée de la petite Marie qui a connu l'An 12 avant moi, elle venait y rendre visite à sa tante.
Les soirées autour du terrain de pétanque se poursuivent. La liste des copains de Thierry est longue. Samuel va remplacer Cédric pour affronter le fameux tournoi. Frédéric et Hugo sont passés le temps de boire un verre ou deux et de se mesurer aux deux champions habituels, Yves et Solan. La vie est belle. Gare à la rentrée de septembre ...

 

Dimanche 14 août

Je ne devrais peut-être pas dévoiler cet endroit au risque de voir disparaître son étonnante alchimie.
Je connaissais ce lieu pour y avoir randonné. La balade en elle-même est déjà séduisante. Elle part de Mercy-le-Bas, longe la Piennes que l'on traverse sur une petite passerelle métalique, elle débouche sur une route forestière, passe sous un superbe viaduc ferroviaire et  c'est là que le miracle se produit : le moulin et la minoterie de Charpont apparaissent.

L'endroit semble en ruines. En fin de semaine, par on ne sait quelle magie, on se retrouve  dans le p'tit bal perdu de Bourvil ou de Sanseverinno !
L'atmosphère est unique, les clients semblent être entre amis. La bière en pression mousse et il faut un peu de temps avant que le verre ne soit bien rempli. Qu'importe, on a le temps justement ! La planche apéro est simple et délicieuse.

On  s'assied où l'on veut, enfin où il y a de la place, et il est permis de  se balader dans les locaux et le potager quelque peu atypiques. 

Je ne devrais peut-être pas dévoiler cet endroit au risque de voir disparaître son étonnante alchimie.

Vendredi 12 août

Voilà bien la raison pour laquelle je limite les mises à jour, je ne vous parle que de la famille !  Il est vrai que nous nous retrouvons à peu près qu'une seule fois par an. Changement de cap ce matin. J'ai bien déposé Thierry et Solan à la gare Meuse TGV. le parking était archibondé.
J'avais tout mon temps pour le retour, j'ai repris mes évasions éclairées ! Je quitte l'itinéraire habituel et je m'engage sur des routes secondaires pratiquement désertes. Les villages traversés sont bien charmants, une fontaine en bois ici, une aire de repos bien aménagée un peu plus loin. Me voilà  à Benoite-Vaux, haut-lieu de pèlerinage. Le silence, le bonheur !!
J'avais bien sûr déjà rôdé dans cette belle campagne il y a bien longtemps.

Rien n'a changé et c'est tant mieux. Les villages sont coquets et recèlent d'un patrimoine souvent exceptionnel.

Je reprends le citron (le E a disparu) et j'arrive à Lahaymeix, capitale du Vent des Forêts.  Mon vocabulaire restreint m'empêche de vous faire rêver. Je retranscris donc tout bêtement le dépliant touristique.

Il y a  en cet endroit 5000 ha de forêts vallonées, 45 km de sentiers pédestres et 150 oeuvres d'art contemporain disséminées sur 7 sentiers balisés. Je me suis posée au café de Fernande qui repose dorénavant au cimetière de Lahaymeix. La première rencontre avec cette grande dame remonte elle aussi à très longtemps. J'étais restée admirative devant son parcours, une bonne femme trempée dans l'acier avec un coeur en guimauve ! Je déambule dans les quelques rues du village et reprend la balade en suivant la Meuse jusque Verdun.
J'e me retrouve  au bercail . Au même moment, Thierry et Solan arrivent à la gare Saint Jean de Bordeaux. Morgan les attend, la fête commence !!

 

Jeudi 11 août

J'ai remis mes vieux téléphones en fonction ainsi que les "repeaters" associés.  j'ai aussi modifié le message sur le répondeur. Je reçois bien les messages mais je n'ai pas les coordonnées téléphoniques. Pas facile de répondre dans ces conditions à moins de bien connaître mon interlocuteur. J'entends dorénavant la sonnerie aussi bien dans les dépendances qu'au bout du jardin. Je devrais me tourner vers d'autres fournisseurs, ne serait-ce que pour comparer les tarifs d'abonnement et les services proposés. Rien que d'y penser, ça me fatigue ...

 Je préfère remplir mes journées avec des actions plus réjouissantes.
Le tournoi de pétanque a débuté hier soir avec projecteur et mètre ruban gradué au millimètre ...

La coupe du vainqueur n'est toujours pas distribuée, celle du perdant non plus.

Chaque équipe avait ses supporters. Solan et Thierry étant adversaires, je soutiens tout naturellement  mon petit-fils au grand dam du fiston. Cédric et Solan ont assuré la partie restauration. Nous avons occupé la cuisine de l'An 12, c'est l'endroit le plus frais des deux maisons . Comme à l'accoutumée, un baba au rhum concocté par Jeanne-Marie a clôturé la soirée.
La finale se déroulera avant le départ de Thierry au pays du soleil levant. Il s'en va cet après-midi retrouver un ami à Bordeaux. Au retour, une balade à vélo est programmée vers Saint-Pancré pour retrouver Capucine., la meilleure grande copine de Solan et Manon.
Pas de photo à l'appui pour le moment, elles sont sur le tél. de Thierry et il va probablement dormir jusque midi ...

... Deux heures plus tard, les photos sont sur mon P.C.

 

Mercredi 10 août

J'ai quelques inquiétudes concernant ma santé mentale ...
Je prépare des lasagnes et je programme le four pour qu'elles cuisent durant la réunion du conseil municipal. Fou-rire des garçons à mon retour, j'avais omis d'enfourner le plat  ... Naturellement  Cédric et Thierry, ont saisi la bourde avec délectation !
Fort heureusement, Elodie, la soeur de Cédric, a défendu ma cause et je reste  malgré tout assez sereine  ...
Si l'An 12 vit au ralenti, c'est une fourmilière continue à mon domicile et j'en suis ravie. 
Le livre d'accueil de l'An 12 a subi une refonte totale.

Il comprend toujours une vingtaine de pages mais il est moins fouillis ou disons plus cadré et surtout plus illustré.

Merci Thierry. Je ne suis pas encore tout à fait sûre de pouvoir modifier certains textes si nécessaire ...

 

Lundi 8 août

Les  jours heureux se suivent et ne se ressemblent pas.
Après quelques sueurs froides à l'aéroport, Miro est finalement arrivé à bon port .

Il manque un joueur assidu sur le terrain de pétanque.
Ceux qui restent vont tester leur dextérité autour d'un tournoi demain soir ...
Petite balade en Gaume bien reposante, Thierry prend volontiers le volant.
Retour par Avioth et visite chez le bibliothécaire bien sympathique. Il a salué Thierry en japonais !
J'ai de quoi lire jusqu'à la fin de l'année avec des livres bradés à 1 euro !
L'an 12 reprend une activité toujours modérée. Je suis incapable d'être efficace aux deux endroits.
Mon gamin revisite le livre d'accueil présent dans chaque chambre. Il n'imaginait pas qu'il y avait autant de livres à l'An 12.

 

Vendredi 5 août

Les mises à jour s'espacent. Je ne suis pas totalement responsable.
Vincent, le webmaster attitré, a créé des archives mensuelles mais je n'arrive pas à y accéder. 
Les journées défilent aussi un peu rapidement. A peine levée, je me retrouve  à genoux en fin de journée sans même m'apercevoir que douze heures viennent de s'écouler.. Ce sont cependant des moments à vivre intensément.

J'ai profité de la présence de Miro pour améliorer le confort dans les chambres d'hôtes. La liste de réclamations était longue après l'occupation de la Floréal par Vincent, Su et le petit Théo !
Des améliorations ont été apportées. Pas de doute, Miro travaille toujours aussi rapidement et ma foi aussi bien. J'ai retrouvé la même situation que lors de la rénovation de cette maison. Jeannot venait seconder Miro pendant que mes garçons s'éclipsaient  pour aller taper la balle sur le terrain de basket ...
Cedric fait souvent partie du décor. Il a l'art de m'amadouer en arrivant avec un grand cru bourguignon ...

Les deux gamins, je veux parler de Cedric et Thierry peuvent jouer des heures mais quand le soir arrive, l'honneur est en jeu sur le terrain de pétanque... Yves et Solan sont souvent les meilleurs, ils sont aussi moins arrosés ... 

 

Mardi 2 août

Solan a découvert la grande foire agricole de Libramont avec Damien.
Pendant ce temps, je suis allée chercher Thierry à la gare Meuse TGV.

Le trajet est plaisant contrairement à celui qu'il faut prendre pour se rendre à la gare Lorraine TGV. Verdun se traverse facilement  et la gare a un joli design.

Cedric a à peu près le même parcours que Thierry. Pour le moment, il est basé en Guyane. Son épouse thaïlandaise et les enfants sont à Chiang Maï auprès des parents. Cedric est venu rendre visite aux siens à Longuyon.
Ils sont amis depuis le collège.
Plus besoin d'occuper Solan. Il ne quitte plus son père !

Les entraînements de pétanque ont démarré. Enfin, je devrais dire les combats de boules. Les équipes se retrouvent chaque année. Solan reste invariablement équipier avec Yves. Et ils ont gagné hier soir !
Les deux autres, trop contents des retrouvailles, étaient quelque peu grisés  ...